MASTCPDMToute l'actualitéAfficher le menu principal

Soutenance de thèse d'Anaïs Granclerc

Anaïs Grandclerc soutiendra sa thèse intitulée "Compréhension des mécanismes de biodétérioration des matériaux cimentaires dans les réseaux d'assainissement: étude expérimentale et modélisation" le lundi 16 octobre 2017 à l'Ifsttar.

 

 

 

Elle sera soutenue devant un jury composé de :
Sam Azimi (SIAAP) - Examinateur
Alexandra Bertron (Professeure à l'Insa Toulouse) - Rapporteur
Thierry Chaussadent (Directeur de recherche à l'IFSTTAR) - Directeur de thèse
Patrick-Marc Dangla (Directeur de recherche à l'IFSTTAR) - Co-directeur de thèse
Benoît Emo (Ingénieur à Veolia) - Invité
Marielle Guéguen - Minerbe (Chercheuse à l'IFSTTAR) - Encadrante
Arnaud Marchal (Directeur R&D à Saint-Gobain PAM) - Examinateur
Yannick Mélinge (Professeur de l'université de Cergy-Pontoise) - Rapporteur
Eric Van Hullebush (Directeur de recherche à l'UPEM) - Examinateur

 

 

Résumé :

Des détériorations importantes sont observées dans les réseaux d'assainissement en béton en raison de la présence d'hydrogène sulfuré (H2S). Différentes études ont montré qu'un environnement riche en hydrogène sulfuré entraîne, au contact de surfaces cimentaires, la sélection de bactéries sulfo-oxydantes (bactéries capables d'oxyder des composés soufrés réduits), menant à la production d'acide sulfurique. Cet acide détériore localement les réseaux par dissolution et recomposition minéralogique de la matrice cimentaire (formation de gypse et d'ettringite). Les réseaux ne collectent alors plus correctement les eaux usées et ce phénomène provoque donc des travaux de rénovation onéreux. Dans ce contexte, des solutions plus performantes que celles mises en place actuellement doivent être étudiées. L'objectif du projet FUI DURANET dans lequel s'inscrit cette thèse vise à proposer un essai accéléré et à développer un modèle.La mise en place d'essais abiotiques a permis de démontrer que cette première étape n'est pas l'étape limitante du phénomène de biodétérioration. En effet, le pH de surface des matériaux cimentaires adapté au développement microbien est rapidement atteint lorsqu'ils sont mis au contact de l'hydrogène sulfuré à une concentration élevée (100 ppm), quel que soit le matériau cimentaire considéré (mortiers à base de ciments CEM I, CEM III, CEM IV, CEM V, CAC et CSS). La modélisation de l'attaque par l'acide sulfurique et la mise en place d'un essai représentatif et accéléré ont ensuite été abordées pour prédire la durabilité des différents matériaux cimentaires de l'étude. Pour l'essai, différentes techniques d'ensemencement des microorganismes à la surface des matériaux cimentaires ont été comparées, afin de déterminer laquelle mène à la meilleure reproduction des conditions d'un réseau d'assainissement et à l'accélération des mécanismes de biodétérioration la plus importante. Ces essais permettent de préconiser l'utilisation de boues activées contenant un consortium de microorganismes, par rapport à l'utilisation de souches de collection, dont l'activité dépend trop fortement de leur adaptabilité aux conditions environnementales. L'ensemble des résultats, obtenus expérimentalement et par modélisation, montre une meilleure résistance des ciments d'aluminate de calcium et une dégradation très importante des ciments Portland face aux mécanismes mis en jeu, en accord avec les essais in-situ.

Mots-clés : Biodétérioration, Réseaux d'assainissement, Bactéries sulfo-oxydantes, Matériaux cimentaires, Hydrogène sulfuré, Modèle de transport réactif